Asso. Sauvez Nos Arbres

Ancienne station BP : Une source sûre confirme l'extraction des cuves

[Le 30/07/2019]

Une source sûre vient de nous confirmer l'extraction des cuves de carburants de l'ancienne station BP.

Cette station service qui distribuait Diesel, et essences SP95 et SP98, etait pourvue en réalité que de 2 citernes :

- 1 citerne avec 2 compartiments reservés à diesel (gasole) et à essence SP98
- 1 citerne réservée à essence SP95

Ces cuves étaient localisées à proximité de l'Hôtel Mercure :

L'extraction des cuves ainsi que les canalisations, a été réalisée durant l'été 2017 par une entreprise sous-traitante de BP.

Les volumes de terre souillés par les émanations de carburant ont été acheminés vers une centre de traitement.

L'ancien emplacement a été réhabilité avec de la terre saine et devra rester en l'état pendant 4/5 ans le temps que tous les résidus de carburants disparaissent.

Ce témoignage confirme donc la version de la municipalité annoncée le 29 janvier dernier.

Depuis, la municipalité a fait l'acquisition de l'ancienne station BP et l'a réhabilité provisoirement en un square que nous avons baptisé "Square Baudin".

Ce square, ainsi que la plupart des 10 arbres présents, céderont place à une des extensions contestées du projet d'agrandissement du CC Charras.

______________________________________________

[Le 29/01/2019] - Ancienne station BP : La municipalité confirme l'extraction des cuves de carburant

A ce jour, nous n'avons eu aucun retour de la part de BP (Euro Garage) à propos du retrait des cuves et de la dépollution du site.

Ce lundi en conseil municipal, le groupe d'opposition Tous Pour Courbevoie a posé la question à la majorité.

La municipalité a confirmé que l'exploitant a bien extrait toutes les cuves de carburant, les canalisations et établi un certificat de dégazage et de démantèlement.

L'avenir de l'ancienne station BP reste toutefois toujours d'actualité. 

En effet à terme, nous espérons que le site racheté par la Mairie au groupe BP évoluera d'un usage dédié à la comm' municipale (Maisons des Projets) vers un espace vert durable au bénéfice de tous.

______________________________________________

[Le 12/11/2018] - Réhabilitons l'ancienne station BP en espace vert durable

La station-service BP située rue Baudin, face au CC Charras, a fermé définitivement en 2017.

Un an après, le site fait toujours l'objet d'interrogations de la part des riverains, notamment sur la question de sa dépollution. 

Une réhabilitation partielle

La municipalité de Courbevoie a acquis le site, et y a réalisé une réhabilitation, mais très sommaire.

Les pompes de distribution, les accessoires de service, le toit et les events ont été démantelés.

En revanche, sont restés :

- la station-service et son garage en sous-sol,
- l'ensemble du revêtement de sol en bitume,
- les cuves de carburant vraisemblablement toujours enfouies

En effet, de nombreux témoignages d'habitants et riverains indiquent que ces cuves n'ont pas été extraites.

La municipalité a d'ailleurs été interpellée à plusieurs reprises au sujet de ces cuves et sur la dépollution du site en général, mais sans fournir de réponse satisfaisante.

C'est pourquoi, nous suspectons que les différentes cuves de carburants (au minimum de trois : 1 pour SP95, 1 pour SP98 et 1 pour Gazole) et les canalisations soient toujours enterrées.

Pourtant, la législation a tout prévu

L'INERIS est un organisme public, dépendant du Ministère de l'Ecologie(*), qui a pour objectif de prévenir les risques liés aux activités économiques. Cet organisme dispose du site web AIDA publiant des informations sur le code de l'environnement.

AIDA a réalisé une nomenclature des Installations Classées pour la Protection de l'Environnement (ICPE) en établissant notamment un classement par substances manipulées (1)

 

 

 

 

 

 

 

 

Les stations-services emploient et distribuent des liquides inflammables : elles sont classées ICPE dans la rubrique 1435 (2)

Qu'elles fassent l'objet d'un enregistrement ou d'une déclaration, elles sont soumises aux mêmes obligations lors de la cession de leur activité (3, 4) :

"L’exploitant met en sécurité et remet en état le site de sorte qu’il ne s’y manifeste plus aucun danger et inconvénient.

En particulier :
- tous les produits dangereux ainsi que tous les déchets sont valorisés ou évacués vers des installations dûment autorisées ;
- les cuves ayant contenu des produits susceptibles de polluer les eaux ou de provoquer un incendie ou une explosion sont vidées, nettoyées, dégazées et, le cas échéant, décontaminées. Elles sont enlevées, sauf en cas d’impossibilité technique justifiée, auquel cas elles sont neutralisées par remplissage avec un solide inerte. Le produit utilisé pour la neutralisation recouvre toute la surface de la paroi interne et possède une résistance à terme suffisante pour empêcher l’affaissement du sol en surface."

Par conséquent, nous ne comprenons pas quelle justification technique aurait pu s'opposer à l'extraction de ces cuves lors de la cession.

Un nouvel espace vert au rabais à Courbevoie-Centre

La municipalité a crée un espace vert au-dessus de l'ancienne aire de service en aménageant :

- une couche de terre sur quelques centimètres,
- du gazon et des fleurs,
- quelques arbustes,
- l'ancienne aire de jeux du Square de la Balance (ultime souvenir) a été déplacée à cet endroit.

La municipalité a également transformé la station-service en un bâtiment destiné à promouvoir ses projets contestables de réaménagement en centre-ville.

Parmi ces projets, la construction de la Nouvelle Halle a aboutit à la disparition totale du Square de la Balance, un espace-vert de 8132 m2, qui jouxtait l'ancienne station-service.

Après l'abattage de 61 arbres sur 70, la plus grande partie des volumes de pleine-terre ont été excavés sur une profondeur de plus de 10 mètres : ils laisseront place à un parking souterrain de 3 niveaux, au-dessus duquel sera construite la Nouvelle Halle.

Aucun nouvel arbre de moyenne ou haute-tige ne pourra donc plus être planté sur ce vaste espace sur dalles.

C'est pourquoi, en abandonnant sur site, l'ancienne station BP, son garage en sous-sol, le revêtement en bitume et les cuves souterraines, la réhabilitation a généré un nouvel espace sur dalles.

L'ancienne station BP est un exemple typique d'espace-vert au rabais.

Une pollution à ne pas sous-estimer

Les stations-services présentent un risque de pollution. Nous nous sommes procurés une étude bruxelloise réalisée sur ce sujet il y a plusieurs années (5) 

Cette pollution se caractérise par la présence ponctuelle dans les sols et les sous-sols de substances dangereuses, qui aboutissent à des sites localement contaminés.

Cette coupe schématique d'une station-service montre les origines possibles de la pollution.

On peut distinguer 2 types de pollution :

- pollution chronique : sur une longue période, la fuite est souvent due à la corrosion des cuves ou des canalisation enterrées. La législation impose des cuves à double-paroi.

- pollution accidentelle lors du remplissage des cuves ou de la distribution du carburant.

Dans une station-service, les principaux produits susceptibles de provoquer une pollution du sol et/ou des eaux souterraines sont :

- les carburants (essence, gazole, éthanol, ...)
- les lubrifiants (huiles, graisses, liquides de freins)

La pollution liée aux carburants

Un carburant est en réalité constitué de plusieurs centaines de composants (essence) à plusieurs milliers (gazole) que l'on peut répartir par grandes familles.

Certains de ces composants ont fait l'objet d'études physico-chimiques qui ont permis d'estimer les 3 propriétés significatives :

- solubilité dans l'eau
- adsorption dans le sol
- bio-dégradabilité

Compte tenu de ces caractéristiques, les composants de carburants présentant les plus grands risques pour la santé et l'environnement sont :

- le benzène (famille BTEX, hydocarbures monocycliques aromatiques)
- les additifs oxygénés sans plomb

La pollution liée aux lubrifiants

Voici ce qu'indique l'étude :

"Les lubrifiants pétroliers sont difficilement dégradables aussi bien dans le sol que dans l’eau. Perdues sur le sol, ces huiles peuvent être entraînées jusqu’aux nappes phréatiques ou jusqu’aux rivières."
"Un litre d’huile minérale pollue à lui seul 1 millions de litres d’eau (VALBIOM, 2007).
De plus, les lubrifiants provoquent un dysfonctionnement des stations d’épuration biologiques et la contamination des boues d’épuration"

Compte tenu de la forte densité de stations-services en ville, l'étude recommande d'appliquer le principe de précaution.

Pour un espace-vert durable

Nous allons contacter la société BP (Euro Garage) et aussi la municipalité, afin d'obtenir réponse aux questions légitimes suivantes :

- qu'est ce qui s'oppose à l'extraction des cuves de carburant si elles sont encore enfouies ?

- un diagnostic de pollution des sols a-t-il été réalisé et quelles mesures ont-elles été prises en cas de pollution avérée ?

- Pourquoi ne pas démanteler la station-service et son garage ?

- quand envisagez-vous la réhabilitation totale du site en espace-vert durable ?

___________________________________

La photographie ci-dessous montre une opération d'extraction de plusieurs cuves lors d'une fermeture de station-service dans le Sud.

___________________________________

(*) Ministère de la Transition Ecologique et Solidaire

(1) https://aida.ineris.fr/liste_documents/1/18030/1

(2) https://aida.ineris.fr/consultation_document/10481

(3) https://aida.ineris.fr/consultation_document/4121

(4) https://aida.ineris.fr/consultation_document/35846

(5) https://drive.google.com/open?id=1sgU0XritMmUvJxmMLbu1xIr8zoNAz-k1

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :