Asso. Sauvez Nos Arbres

Réhabilitation Parc Bécon : Nous espérons que le maximum d'arbres sera maintenu pour préserver le caractère boisé du parc

(Le Parc Bécon et son sous-bois des Bosquets) 

[Le 30/12/2018]

Comme nous l’évoquions précédemment la réhabilitation du Parc Bécon prévoit l’abattage de plusieurs arbres afin d’éclaircir certains secteurs. Lors du dernier conseil municipal, le paysagiste lauréat Land'Act s'est toutefois voulu rassurant en précisant que le nombre d'arbres serait globalement maintenu, les arbres abattus étant remplacés par de nouvelles plantations ailleurs dans le parc.

Les Bosquets visés par les abattages

Land'Act a annoncé que le secteur des Bosquets "Ouest" avec ses nombreux arbres serait notamment visé par les abattages.

Les Bosquets "Ouest" ayant vocation à devenir un "espace promenade" comme on peut le voir sur l'esquisse ci-dessous (non contractuelle, c-à-d soumise à de possibles ajustements).

Cette esquisse attire aujourd'hui notre attention.

En effet, les zones végétales sont ici représentées avec 2 tons distincts : vert-foncé et vert-clair.

En admettant que les zones vert-foncé correspondent à des arbres de haute-tige, comme c'est le cas aujourd'hui pour la totalité des Bosquets "Ouest", que représentent les zones au ton vert-clair ?

Ces zones vert-clair correspondent-elles à de nouvelles surfaces végétalisées, dont on aurait abattu partie ou tous les arbres existants ?

Ces arbres abattus seront-ils remplacés ?

Si oui, par des arbres de quelle hauteur de tige une fois adultes ? 

Idem, au niveau du Pôle Culturel, la nouvelle zone végétalisée a été représentée aux tons vert-clair.

Faut-il s'attendre à l'abattage de la plupart des arbres actuels pour donner de la visibilité au musée Roybet Fould, comme le laisse suggérer Land'Act sur son site web ?

"A ce jour enclavé et peu signalé, cet espace doit retrouver un fonctionnement plus logique, plus ouvert et décloisonné remettant en scène ses éléments pittoresques" (Land'Act).

L'actuel secteur des 4 cours de tennis fera l'objet d'une végétalisation, mais les zones représentées aux tons vert clair laissent à penser qu'il ne s'agira pas de plantations d'arbres de haute-tige, mais au mieux d'arbres de moyenne-tige.

A noter que dans un article du Parisien, Land'Act prévoit "une reconstitution des sols fertiles, une attention particulière aux racines des arbres". 
Cette opération va dans le bon sens du respect des arbres, dont certains ont longtemps été très exposés aux usages, notamment au niveau des Bosquets. 

Un niveau d'information insuffisant

Alors que les travaux doivent démarrer en février, la municipalité ne communique pas sur le nombre d’arbres à abattre :

- sur le site des projets urbains : https://www.projetsdecourbevoie.fr
- sur le site de la ville https://www.ville-courbevoie.fr/10-4200/fiche/rehabilitation-du-parc-de-becon.htm
- dans le parc

Le cabinet paysagiste n'a pas non plus communiqué en ce sens sur son site :

https://land-act.fr/projets/parcs-jardins,biodiversite,paysage,ecologie/parc-de-becon/

Par ailleurs, en l'absence de modélisation 3D, comment le public peut-il appréhender un tel projet avec une esquisse 2D et quelques aquarelles ?

Ceci est incompréhensible étant donné un budget annoncé de 13 Millions d'Euros !

Déjà lors de la présentation publique de la Nouvelle Halle en 2017 (budget 25 Millions Euros), certains participants avaient légitimement reproché l'absence de maquette 3D.

Visiblement la municipalité n'a pas tenu compte de cette requête.

Ces informations partielles suscitent de nombreuses interrogations et provoquent une réelle inquiétude par rapport à l'ampleur des abattages prévus.

Les arbres de Courbevoie traversent une mauvaise passe

En effet, si l'on cite l'exemple du centre-ville, en quelques années de nombreux arbres et 3 espaces verts ont fait les frais de projets municipaux et aussi nationaux.

Le chantier national EOLE a provoqué la disparition de la coulée verte Gambetta et ses 40 arbres.

La conduite de marinage EOLE a nécessité l'abattage de 11 arbres au niveau du Parc Freudenstadt et de 22 autres le long de l'axe Bezons-Abreuvoir. Nous attendons également des réponses de la municipalité sur le cas de plusieurs souches d'arbres (Cerisier du Japon) non remplacées comme promis.

Le chantier de la Nouvelle Halle (et son parking), dont la municipalité peine aujourd'hui à convaincre de l'intérêt, a abouti à l'anéantissement de l'espace vert Square de La Balance (8134 m2), avec l'abattage de 61 arbres, la suppression d'aires de pelouses et la perte de 53.000 m3 de volumes de pleine-terre durables, si rares en centre-ville (voir Note N°1).

Le Parc Charras est visé par un projet d'agrandissement du Centre Commercial qui conduira à l'abattage d'une vingtaine d'arbres (50% du parc) selon nos estimations.

A cela s'ajoutent 18 arbres abattus récemment côté Courbevoie-La Défense (rue de Strasbourg et rue Louis Leblanc).

Le parc actuel a une valeur exceptionnelle

Pourtant, l'importance des arbres en ville n'est plus à prouver. 

Dans une situation de réchauffement climatique global, la fréquence, la durée et l’intensité des épisodes caniculaires est en augmentation.

On prédit dans quelques années des températures dépassant ponctuellement 40°C en région parisienne en été.

Durant ces épisodes caniculaires, les parcs arborés permettent de lutter efficacement contre ces chaleurs excessives car ils apportent ombrage maximum et favorisent baisse locale de la température.

Le Parc Bécon, avec son sous-bois, unique en ville, joue aujourd'hui cette fonction de climatiseur naturel au service de tout un quartier.

C'est pourquoi dans le cadre d'une réhabilitation qui s'annonce en profondeur, nous espérons le maintien maximum des arbres actuels afin de préserver le caractère boisé du Parc Bécon.

Les diagnostics phytosanitaires devraient nous informer sur l'état de santé des arbres

Nous avons réalisé un recensement des arbres du parc.

Nous avons recueilli les coordonnées géographiques de tous les arbres de la commune en accédant à la base de données du cadastre vert des Hauts-de-Seine.

Puis nous avons importé ces coordonnées sur le site Géoportail de l’IGN.

Nous avons ainsi pu dénombrer approximativement 550 arbres dans le Parc Bécon étendu (limite tracé rouge).

Le périmètre de la réhabilitation n'étant pas clairement défini à ce jour, nous avons préféré étendre le recensement au-delà des limites du Parc Bécon.

Par le passé, nous avons eu la mauvaise surprise avec le projet EOLE de 2 arbres max. annoncés à abattre, pour finalement constater l'abattage d'une dizaine d'individus et de plusieurs élagage sévères, au niveau du Parc Freudenstadt.

Par ailleurs comme évoqué, ce recensement est essentiel dans la mesure où Land'Act s’est engagé lors du dernier conseil municipal à garantir autant d’arbres qu’actuellement, en remplaçant les arbres abattus.

Le paysagiste a également a mentionné des arbres en fin de vie (sénescent c-à-d vieillissant) dans le Parc Bécon, sachant toutefois qu'un tel arbre peut rester dans cet état pendant des années, voire même dizaines d'années sans forcément poser de réel problème de sécurité au public.

Land'Act a aussi annoncé qu’un diagnostic phytosanitaire (voir Note N°2) serait réalisé avant le début des travaux en février 2019.

Le 16 décembre nous avons pu constater qu’environ 5 arbres avaient subi des élagages sévères sans pour autant nous avancer sur leur état de santé et du reste du parc.

Nous demanderons donc l’accès à ce nouveau diagnostic, ainsi qu'aux diagnostics réalisés ces dernières années pour le Parc Bécon.

____________________________________________

NOTES

Note N°1 - Chantier de la Nouvelle Halle

L'objectif du chantier de la Nouvelle Halle était de libérer l'espace public occupé par l'actuel marché Charras et parking municipal P2 pour permettre au promoteur Desjouis/Ochito de réaliser des agrandissements de surface pour la rénovation du CC Charras.

Confronté à des problèmes de trésorerie, Desjouis/Ochito a accumulé depuis février 2017, 1,1 Millions Euros d'impayés à la copropriété du Zodiaque et a été contraint de revoir totalement le plan de rénovation.

Voyant s'éloigner chaque jour les perspectives de rénovation, la municipalité a reconnu chercher un autre promoteur en mai 2018 pour finalement envisager courant novembre 2018 une possible déclaration en utilité publique du CC Charras.

Dans ce contexte, lors du conseil municipal 10 décembre 2018, le maire Jacques Kossowski a annoncé sans beaucoup de conviction que "La Nouvelle Halle aidera peut-être le centre", donnant ainsi l'impression de douter de la réelle nécessité du bâtiment.

Note N°2 - Diagnostic phytosanitaire

Par diagnostic phytosanitaire on entend l'ensemble des diagnostics permettant d'établir le bilan de santé d'un arbre en prévision d'une éventuelle intervention (soin, élagage, abattage, ...) 

Ce bilan est effectué par un expert arboricole et se compose des 4 diagnostics suivants :

- diagnostic de développement et de vigueur : pour évaluer vitalité et capacité de l'arbre à supporter certaines intervention d'entretien (élagage par exemple)
- diagnostic phytosanitaire : identifier pathologies et carences
- diagnostic de dangerosité (ou sécuritaire) : équilibre/solidité de l'arbre et défauts (lésions, cavités, mort, ...) pour déterminer son niveau de dangerosité
- éventuellement diagnostic faunistique : recenser oiseaux, espèces protégées présentes sur l'arbre (dans les cavités par exemple)

A ces diagnostics, s'ajoutent les informations d'inventaire :

- localisation
- espèce/essence
- hauteur et diamètre
- structure
- âge (jeune, adulte, mature, sénescent)

Les outils utilisés pour le diagnostic sont les jumelles, la loupe à grossissement, la canne pédologique, le couteau, le maillet, le pénétromètre, ...

L'ensemble des informations sont recueillies pour chaque arbre et permettent de classer son état dans l'une des 6 catégories  suivantes assorties de préconisations (2).

Voici un exemple des résultats obtenus par l'Office National des Forêts dans une commune du Gers (2) et les préconisations proposées :

Dans ce tableau, on retrouve les informations générales d'inventaire pour chaque arbre.

La partie  [[Défaut mécanique]] correspond au diagnostic de dangerosité avec un [indice de perte mécanique] déterminant le niveau de danger de 0 (faible) à 5 (danger imminent pour le public).

Le champ [Fonctionnement physiologique] correspond au diagnostic de développement/vigueur.

Les éventuelles maladies et carences c-à-d le diagnostic phytosanitaire, apparaissent ici en [Observations].

On retrouve enfin le détail des préconisations pour chaque individu.

Ces données permettent ensuite de dresser des bilans sur la vitalité, l'état phytosanitaire et bio-mécanique de l'ensemble du parc analysé.

Enfin, une synthèse est rédigée.

sources :

(1) UNEP : http://www.lesentreprisesdupaysage.fr Travaux d’entretien des arbres N°: P.E.1-R0 | Création : octobre 2013

(2) ASPPAR : Association pour la Protection des arbres en alignement - un diagnostic phytosanitaire des arbres des Promenades  - http://asppar.org/wp-content/uploads/2018/01/diagnostic-phytosanitaire-ONF-www.asppar.org_.pdf

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :